régime strict

"Mieux vaut mincir que maigrir"

Cette semaine j'ai eu l'occasionde lire un article de Psychologies.com qui reflète tout à fait ma façon de voir mon métier et donc la manière dont je vous suis, en voici quelques extraits, vous trouverez le lien vers l'article complet en fin de page.

Jean-Philippe Zermati, médecin nutritionniste, spécialiste des troubles du comportement alimentaire, président d’honneur du Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids (Gros), auteur de Maigrir sans régime(Odile Jacob, 2011).

"Le corps possède une intelligence propre, construite sur des besoins physiologiques et sur l’histoire psychoémotionnelle de chacun. On a beau le contraindre, il passera toujours outre les privations. Ainsi, le seul objectif raisonnable est de tendre vers son poids d’équilibre, c’est-à-dire son poids naturel. Celui que l’on atteint quand on n’est ni dans la restriction (je me prive, je m’interdis certains aliments), ni dans l’excès (je mange au-delà de mon seuil de plaisir et de satiété)."

 

Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute, spécialiste des troubles du comportement alimentaire, président du Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids (Gros), auteur deMaigrir, c’est dans la tête (Odile Jacob, 2014).

"Perdre du poids ne fait pas gagner en minceur. Avec les régimes, les personnes reprennent plus de kilos qu’elles n’en ont perdu, ce qui sape leur détermination. En revanche, dans la démarche « mincir », il s’agit de changer sa relation à la nourriture et à son corps. D’où des résultats durables. La motivation est remplacée par les notions de bienveillance et de plaisir. On pourrait traduire cela par vivre en paix avec son corps et avec la nourriture."

 

Michèle Freud, psychothérapeute et sophrologue, auteure de Mincir et se réconcilier avec soi(avec un CD audio, Albin Michel, 2012).

"Si le régime transforme brutalement (mais pas durablement) la silhouette sans prendre en compte la morphologie et la physiologie de chacun, l’amincissement remodèle le corps de manière personnalisée et durable, et permet de le mettre en valeur en l’habitant autrement. C’est une illusion de croire que sous les kilos indésirables se trouve le corps idéal, et de penser qu’il existe une minceur standard qui irait bien à toutes les femmes. On peut perdre des kilos superflus, redessiner son corps, tout en gardant ses rondeurs si elles sont le fruit de notre morphologie et de notre physiologie."

 

Article complet ici